L’économie numérique mérite toute notre attention !

Grégoire de Tournemire
Grégoire de Tournemire

Il semblerait que l’économie numérique envahisse la planète sans que la France ne s’en préoccupe. La dernière crise avec les Etats-Unis sur la sécurité des informations nous a amenés à constater que le numérique est trop souvent associé à internet et ses applications grands publics. Le numérique n’est pas à envisager sous l’angle strict d’internet et de l’outil pour atteindre le réseau, mais plus largement comme une économie qui supplante bien des activités sans même que nous ne nous en apercevions. Par exemple, dans l’univers de l’audio-visuel, des transports, de la justice ou l’agriculture, les technologies changent très vite et les impacts sur nos vies sont de plus en plus puissants. Le plus important n’est pas que de nombreuses activités disparaissent ou soient remplacées à cause du numérique, mais que nous ne nous en rendions pas compte.

L’innovation et le numérique ne sont pas entièrement inclus l’un dans l’autre, mais il est vrai qu’ils se  tutoient dans de nombreuses situations. En effet, l’ère numérique, bien qu’ayant commencée depuis le haut débit, est en constante et très forte évolution. Pour ne prendre en compte que la problématique du stockage d’information, selon certains analystes et observateurs comme la Société Française de Statistique, « 3 ans est aujourd’hui le temps nécessaire pour doubler le volume d’information produit par l’humanité ». D’autre part, toujours selon la SFdS, « on estime qu’en 2007, plus de 300 exaoctets (1018) de données étaient stockées sur des supports numériques et moins de 7% de toute l’information existante l’était sous format analogique (format papier, photos, films, etc.). Sept ans plus tôt, en 2000, cette proportion était encore de 40%. Elle ne devrait plus être que de 2% en 2013 ».

Il semblerait que ces informations soient suffisamment significatives pour encourager nos dirigeants à monter dans le train du numérique et profiler nos territoires en conséquence.

Le numérique a d’énormes impacts sur pratiquement tous les domaines de nos vies. Pour s’en convaincre, il faut s’imaginer nos vies sans web, sans haut débit, sans GPRS, 3G ou 4G, sans wifi, sans clé USB et repasser au scan toutes les activités dépendantes du numérique,… seuls la course à pied et le théâtre de rue résisteront peut-être à ce filtre ! Dans un deuxième temps, il est intéressant de regarder qui a inventé ou développé ce nouveau monde. Plus encore que l’Europe, la France était très en avance à la fin de année 90 grâce à un investissement très lourd des pouvoirs publics (sur les réseaux mobiles par exemple), mais dès le milieu de la dernière décennie, un ralentissement s’est fait sentir tandis qu’une expansion formidable arrivait des Etats-Unis et de certains pays d’Asie ;

Notre propos est d’encourager une réelle prise de conscience que la France ne montera pas les marches de l’économie numérique comme un bateau monte avec le niveau de l’eau. Prendre conscience de son importance par la formation, si ce n’est l’information, et orienter les politiques publiques vers un encouragement numérique, sont de toute première importance car le numérique n’est pas une activité à part, il est présent à chaque instant dans notre quotidien.